Thiat, chef de file Ecurie Boy Bambara : «contre Feu Rouge, je serai présent dans tous les domaines»

Thiat, chef de file Ecurie Boy Bambara : «contre Feu Rouge, je serai présent dans tous les domaines»

Thiat, le leader de l’Ecurie Boy Bambara est à̀ pied d’œuvre pour son prochain combat contre «Feu Rouge» de l’Ecole de Lutte Bosco Sow, même si la date de cette confrontation n’est pas encore fixée par le promoteur Assane Ndiaye de Baol Productions. Entretien avec le quotidien spécialisé de la lutte, «Sunu Lamb».

Êtes-vous pressé de connaître la date de votre prochain combat ?

Bien sûr que je veux connaître le plus rapidement possible la date fixée pour mon prochain combat. Tant que je ne saurai pas la date, je ne pourrai pas établir correctement un plan de préparation. C’est important de prendre en compte ces détails. Il faut être professionnel jusqu’au bout. Mon manager Mbaye Diagne est toujours en contact avec le promoteur Assane Ndiaye. S’il y a quelque chose, je serai automatiquement au courant.

N’avez-vous pas des craintes que la date prévue soit trop loin ?

Si je me réfère aux propos du promoteur Assane Ndiaye, la date du combat ne sortira pas du premier trimestre de l’année 2017. Il avait dit qu’il organisera ce combat lors de sa deuxième journée de la saison. Le promoteur va débuter avec le combat Armée / Ambulance le 8 janvier prochain. Donc, peut-être que notre combat aura lieu au mois de février. On ne sait pas pour le moment.

Avez-vous démarré la préparation de ce choc ?

Je n’ai pas le choix. Il fallait démarrer très tôt mes entraînements car le promoteur pouvait se lever un beau jour pour dire que le combat est fixé dans un mois par exemple. Sur instruction de mon encadrement, j’ai décidé de commencer ma préparation. Je fais comme si ce combat était proche. Je m’entraîne comme il se doit. Je ne veux pas être surpris.

Quel est le contenu de votre préparation ?

Je m’entraine à tout. Mon programme de musculation est suivi à la lettre. J’ai démarré également mes contacts. Je remercie mon préparateur en musculation, Max, ainsi que mon entraineur Seydou Camara. Le travail se fait avec abnégation et motivation. Je dois réussir ce combat. Il faut bosser pour y arriver.

Donc vous optez pour une préparation locale au lieu d’aller à l’étranger…

Pour le moment, je suis là. J’ai débuté mes entraînements. Dès que je saurai la date du combat, une décision sera prise concernant un départ ou non à l’étranger pour une préparation. Actuellement, je reste ici. D’ici les semaines à venir, les choses seront claires dans ma tête.

Est-ce qu’un combat contre Feu Rouge nécessite un voyage aux USA ?

Je ne vais pas négliger l’adversaire. Feu Rouge est un lutteur que je dois respecter. Même s’il est vrai que je ne le calcule pas. Mon ambition est de le battre. Pour l’instant, le plus important c’est de me préparer. Je crois en mes qualités. L’adversaire n’est pas déterminant mais plutôt le contexte dans lequel le combat va se disputer. Je reviens d’une défaite. Je dois effectuer un retour positif dans l’arène. Rien que pour cette raison, je dois gagner. Tout ce qu’il faut pour assurer une victoire, je le ferai sans ménager aucun effort. Je prends au sérieux ce combat.

Techniquement, est-ce que Feu Rouge ne représentent pas un danger pour vous ?

J’espère qu’il va lire ou entendre ce que je vais dire à ce propos. Si Feu Rouge pense qu’il est plus fort que moi, il se trompe. Je serai présent dans ce combat et dans tous les domaines. Lutte pure ou bagarre, je vais lui apporter la réplique. Je ne dois pas rater mon retour dans l’arène. Je ne badine pas avec ça.

Que vous inspire votre adversaire ?

Il ne m’inspire rien du tout. Il n’est qu’un lutteur. Je me focalise sur mon savoir-faire. Il ne faut pas mépriser un adversaire. Je n’ai pas ce droit ni cette habitude. J’ai le devoir de me consacrer à moi-même. Je ne fais aucune projection ni observation sur ses qualités. La seule chose que je peux dire à Feu Rouge, c’est qu’il va vers un combat difficile. Je viendrai pour ramener la victoire à Niarry Tally et Grand-Dakar. NGB doit être fier de moi. Ainsi que tous mes parents qui sont dans les îles du Saloum. Yékini a quitté l’arène. Nous devons assurer son héritage. Il était notre champion. Notre mission est de pérenniser ce qu’il a fait dans l’arène. Ce ne sera pas chose facile certes. Mais nous allons nous battre pour y arriver. Récemment, j’étais à Dionewar pour assister à un gala de lutte. J’ai beaucoup discuté avec mes parents. Ils vont me soutenir dans ce combat.

Un résultat autre qu’un succès risque-t-il de plomber votre carrière dans les méandres de l’arène ?

Je ne pense pas à une défaite. Je ne vise que la victoire. Le jour du combat, je compte suivre les consignes de mon encadrement. Il ne faut pas faire n’importe quoi. Je serai serein et posé.

Votre cousin Siteu n’a pas encore de combat. Doit-il s’inquiéter ou non ?

Siteu aura un combat. J’en suis sûr. D’ailleurs, je lui ai demandé de s’entrainer chaque jour. Les choses se passent vite dans l’arène. On entend parler des propositions pour un combat de Siteu. Ça ira pour lui. Il va bientôt disputer un combat.

Comment se porte Boy Bambara ?

Franchement, père Boy Bambara ne va pas très bien. Il a subi récemment une opération mais son état ne s’améliore pas. Il n’arrive plus à marcher. Ses jambes lui font mal. J’invite les autorités de ce pays, notamment le ministre des Sports, à l’aider. Père Boy Bambara doit partir à l’étranger pour se soigner. (Avec Sunu Lamb)

PARTAGEZ CET ARTICLEShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Réagir

Votre email ne sera pas publiée.