Près de 40 millions CFA dus au basketteur : Quand l’Etat du Sénégal gruge Gorgui Dieng

Près de 40 millions CFA dus au basketteur : Quand l’Etat du Sénégal gruge Gorgui Dieng

Ahurissant ! Le Sénégal lui doit près de 40 millions de Fcfa, qui ne représentent pas une prime, mais de l’argent prêté par le joueur. L’international sénégalais de basket-ball, Gorgui Dieng, qui a eu l’outrecuidance de faire confiance aux autorités sportives l’Etat du Sénégal, ne recommencera jamais une telle sottise, si toutefois il rentre dans ses fonds.

Depuis le 25 août 2017, date située dans la période pendant laquelle l’équipe nationale du Sénégal peaufinait sa préparation pour le championnat d’Afrique de basket (Afrobasket 2017), le sociétaire des Timberwolves de Minnesota (NBA) court derrière le Ministère des Sports et la Fédération sénégalaise de basket pour rentrer dans ses fonds. Mais le plus cocasse, c’est qu’il ne s’agit point de primes à recouvrer, mais plutôt de somme prêté par le joueur, afin de régler les questions de trésorerie de la délégation sénégalaise.

Devant l’incapacité de celle-ci à payer les factures d’hôtel et les primes des joueurs, les délégués du Ministère des Sports et de la Fédération sénégalaise de basket-ball avaient emprunté, à Gorgui Dieng, près de millions 40 millions de Fcfa (précisément 38.175.920 Fcfa), qu’ils avaient promis de régler dès le retour de l’équipe à Dakar et, au plus tard, le 25 septembre 2017. C’est-à-dire un mois, jour pour jour. Mais, jusque-là, pas un seul sou de rendu au joueur. Il a fallu que le pivot des Lions finisse par rendre public un communiqué, pour que le monde du sport en soit informé. Et pourtant, dcentaines de millions de Fcfa – 300 dit-on – ont été engloutis, entre-temps, pour des futilités, lors de l’inauguration de  cet aéroport à polémiques.

«Je voulais éviter la honte au Sénégal, avec cette menace de l’hôtel (en Espagne) d’expulser la délégation, mais aussi la grève que menaçaient d’observer les joueurs pour percevoir leurs primes», a indiqué l’international de basket dans ce communiqué qu’il n’a certainement pas pondu de gaité de cœur. Quelle noblesse ! Mais Dieng ne savait pas qu’il avait affaire à un «Etat truand», qui cherche toujours à s’enrichir sur le dos de ses citoyens.

Les autorités sportives avaient pourtant promis au joueur de lui rembourser son argent dès le retour à Dakar, avant même le début du tournoi. Ce délai dépassé, ils promirent, ensuite, de s’exécuter une fois arrivés en Tunisie, pour la seconde phase dudit tournoi. Mais là encore, troisième «mensonge d’Etat». Un quatrième rendez-vous est pris pour la fin de l’Afrobasket et le retour à Dakar. Mais peine perdue, car le «Wolve» ne verra jamais la couleur de l’argent.

Cette affaire n’argent n’a-t-elle pas été à l’origine de la prestation du joueur, méconnaissable en demie et en finale, alors qu’il avait été pétillant lors de la première phase du tournoi disputée à Dakar ? De guerre lasse, Gorgui Dieng menace d’user de tous les recours à sa disposition, certainement la Justice. Mais, ce qu’il semble ignorer, c’est qu’au regard de la Loi, «l’Etat est insaisissable et ne peut être exécuté». Alors, s’ils refusent de payer cette dette, aucune exécution (par huissier) ne pourra être faite (saisie de biens, vente aux enchères et autres contraintes).

Tel ce père qui tuait ses fils pour ne pas avoir d’héritier, l’Etat infanticide du Sénégal continue de sucer ses enfants, particulièrement ses sportifs. Pour les matchs amicaux des Lions du football, en Angleterre et en France, par exemple, c’est Kalidou Koulibaly qui avait sollicité son chéquier pour éviter à ses partenaires d’être expulsés de l’hôtel.

Demain, quand un Gorgui Sy, dépité, refusera d’honorer une sélection, alors, on l’accusera de n’être pas un patriote, alors que les vrais apatrides, on devrait aller les chercher parmi ceux-là qui tuent la bonne volonté. Il y a d’ailleurs à se demander comment un Etat, qui se veut sérieux, peut-il emprunter de l’argent à un particulier, alors qu’il aurait dû s’adresser à des banques ou à d’autres Etats.

De grâce, payez à ce garçon, qui offre les machines que vous ne voulez pas ou que vous ne pouvez pas acheter (appareils d’hémodialyse) à des hôpitaux de l’Etat, le grosse somme (40.000.000 FCFA) que vous lui devez. D’ailleurs, une banque aurait majoré la dette en vous imposant des agios et autres amendes.

Serigne Mour DIOP

PARTAGEZ CET ARTICLEShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Réagir

Votre email ne sera pas publiée.