J’ai mal…

J’ai mal…

Avec Mbour nous partageons la douleur lancinante des pertes en vie humaine subies lors de ce drame inopiné et cruelle. 
Que le Dieu tout puissant viennent à leur rencontre et accueille ces âmes innocentes dans son paradis éternelle.  Avec l’USO nous partageons le regret de ce qui s’est passé et le remords d’être indexé comme responsable du drame.  Pour nous donc cet événement tragique est le résultat d’une succession de faits et d’actes défaillants qui interpellent, au delà de l’émotion qu’ils suscitent, notre conscience quand à la nécessité de vie commune, dans la cohésion et le raffermissement de nos liens sociaux.
Nous sommes appelés à vivre ensemble, nous devons dans ce cas exorciser le mal qui est en nous par le principe de la vérité et de la justice équitable pour une acceptation de nos tords de nos erreurs mais aussi pour notre élan de pardon et de générosité. Dans ce cas précis et pour en venir aux faits et aux acteurs, nous pensons que les responsabilités sont largement partagées à des niveaux différents.
L’USO et Mbour ont cette réputation, à travers leur supporter, de poser souvent des actes de violence. Mais les sanctions qui devraient punir toutes ces formes d’excès et de déviation ont toujours été prises sans rigueur pour qu’elles puissent être dissuasives. C’est dire que si on avait sanctionné L’USO avec rigueur et sans faiblesse coupable dans le temps, peut être qu’on aurai pu éviter tous ces morts aujourd’hui.
Gérer une fédération ou une ligue suppose un management proactif: anticiper sur ce qui doit être, inover developper une démarche stratégique pour prendre la pleine mesure des événements. Cependant dans tous les cas de figure la responsabilité de l’état est entière. Un mur qui s’effondre dans un stade réfectionné il y a peine 2 ans, pose problème.
Au-delà de la vétusté du stade se posent le problème de l’appel d’offre, des travaux effectués et de leurs réceptions.
De la même manière il a le monopole de la violence qu’il exerce sur tous, l’état a le monopole de la sécurité de tous et en tout lieu. Ça serait une grave erreur que de se décharger uniquement sur les supporters de Ouakam. Chacun a sa part de responsabilité: l’Etat, la fédération, la police, les supporters.

Emile Clément DIOUF

PARTAGEZ CET ARTICLEShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Réagir

Votre email ne sera pas publiée.